21 octobre 2010

Barbara, photographe

 

32192_398980004905_624059905_3997964_3448635_n« Quand on se lance dans des études d’art, on se doute que notre vie professionnelle ne va pas être un long fleuve tranquille ! »

A tout juste 30 ans, Barbara a déjà publié deux livres de photos. Une réussite précoce que lui envient ses camarades de promo de l’école de photo d’Arles, mais qui ne l’empêchent pas de garder les pieds sur terre. « Etre publiée jeune, ça ne veut pas dire qu’on va durer… Ca met même beaucoup de pression car la question que j’entends le plus c’est ˝ que vas-tu faire après ? ˝, et ça, c’est la question que je me pose aussi ! ».

La recette de son succès ? Beaucoup de travail, et un peu de chance. « C’est la conjonction des énergies qui rend les choses possibles… L’aboutissement de mes deux livres, je le dois à de belles rencontres, à des gens qui ont cru en moi ».

Comme quand, à peine diplômée, en 2007, Barbara reçoit un appel du responsable de la section photo du pôle Image Haute-Normandie, Didier Mouchel, qui a suivi le travail qu’elle a mené au sein de la dernière usine de filature en France à Barentin, près de Rouen. Il lui propose, pour les journées du patrimoine à Rouen, d’exposer ces photos et d’en publier un livre… Rien que ça ! « Tout s’est goupillé parfaitement, avec l’aide de Nathalie Leboucher, responsable de l’usine, et de mon éditeur, les Editions Points de vue. C’était magique ! ».

Cette belle aventure achevée, le retour à la réalité est difficile. « Voir aboutir un gros projet comme celui-ci, c’est à la fois merveilleux et douloureux, un peu comme un accouchement ! Après une période aussi intense, on ressent une sorte de babyblues… On met du temps à s’en remettre ! ».

Sans parler du fait qu’il faut vite trouver de nouvelles sources de revenu. Parallèlement à ses commandes de photos, Barbara donne des cours de photo, qui lui assurent son fonds de roulement. « Mes cours me permettent de gagner 1000€ par mois, c’est un peu juste, mais au moins c’est un revenu stable ». Son travail, elle le fait par passion, même si la précarité lui pèse souvent. « Je m’épanouis personnellement à travers la photo, mais il ne faut même pas que j’espère devenir propriétaire un jour ! ». Car les commandes arrivent au petit bonheur la chance, principalement par le biais du bouche à oreille.

L’année dernière, c’est ainsi qu’elle est contactée par l’association de lutte contre le sida AIDES. Pour célébrer ses 25 ans, l’association lui commande un livre rassemblant les photos de toutes les personnalités qui ont marqué la lutte contre le sida. C’est ainsi que pendant un an, Barbara parcourt l’Europe et l’Afrique et photographie, entre autres, Simone Veil et Jacques Chirac.Ce qui lui apprend au passage à respecter un cahier des charges et les exigences d’un client et à devoir en permanence argumenter pour le convaincre. « Vendre ses idées fait partie du boulot ! J’apprends à le faire même si j’avoue que la patience et l’esprit de conciliation ne font pas partie de mes qualités premières…»

Entre ses commandes et ses cours, Barbara milite. Pour soutenir la création documentaire, à travers l'association dont elle est membre depuis 5 ans, Les Yeux Dans Le Monde. Et pour favoriser la mixité sociale – elle s’y est engagée en emménageant, dès 2007, à Montreuil, dans une résidence pour artistes ouverte sur la cité au cœur de laquelle elle s’est implantée. 

                                                       couv1   sida

Posté par lucie2warens à 11:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Barbara, photographe

Nouveau commentaire