03 décembre 2010

Emilie, responsable de communication

Portrait_Emi« La danse est ma passion, mais je n’en ai pas fait ma profession car la vie d’artiste me faisait peur. Mais ça reste un élément essentiel de ma vie, qui me permet d’être bien dans ma tête, dans mon boulot ».

Très préoccupée par son avenir professionnel dès le lycée, Emilie dévore les guides d’orientation, et la communication fait déjà partie de sa sélection de métiers possibles. Parce qu’elle a d’évidentes qualités relationnelles et rédactionnelles, parce qu’elle aime expliquer, vulgariser, échanger. Mais aussi parce que ce sont des métiers stables, qui paient bien.

Ayant été très tôt et très durement confrontée à la fragilité de la vie, elle a besoin de trouver dans sa vie professionnelle de la sécurité et une aisance financière indispensables à son épanouissement. « Quand j’étais étudiante, les autres ne pensaient qu’à faire la fête. Moi je ne le vivais pas du tout pareil. J’étais très concentrée sur mes partiels. Ce que je voulais, c’était avoir un boulot et subvenir à mes besoins le plus vite possible, pour me sentir libre». Elle fait de brillantes études, en ligne droite, hypokhâgnes, khâgnes, puis le CELSA, école qu’elle a sélectionnée car « c’est la meilleure école de communication en France », moyen le plus sûr de « ne pas galérer pour trouver du travail ». Mais elle ne prend pas spécialement de plaisir à étudier. « Devoir faire sans arrêt ses preuves aux exams, être scolaire, suivre un programme… ça m’angoissait, j’avais hâte d’en finir !»

A l’issue de son stage de fin d’études, elle est directement embauchée en CDI dans un syndicat professionnel défendant les intérêts de l’industrie chimique. Elle travaille à faire progresser l’image du secteur, souvent perçu comme facteur de pollution et de risques, auprès du grand public. Elle communique sur les innovations et les progrès apportés par la chimie, dont on retrouve les produits partout, dans nos ordinateurs, nos produits cosmétiques, les énergies nouvelles… « C’est un boulot qui m’amuse, bon, ce n’est pas le rêve de ma vie, mais ça me donne des bases sûres ».

Le rêve de sa vie, c’est la danse. « J’ai commencé à 7 ans. Chaque année on faisait un spectacle. J’ai toujours adoré la scène ! J’y suis quelqu’un d’autre, je m’éclate, je vis des choses super fortes, c’est grisant ». Pourtant, malgré de belles occasions, elle n’a jamais cédé aux sirènes de la vie d’artiste. Quand son professeur de tango argentin, impressionné par son talent, lui propose de devenir sa partenaire et de partir en tournée dans toute l’Europe, elle refuse. « Je n’avais pas fini mes études, ce n’était pas sérieux ! Ça m’a fait trop peur ».

Depuis qu’elle a trouvé un métier stable qui « gagne bien », elle peut s’adonner à la danse sans culpabiliser. « Depuis 3 ans, j’ai repris le modern jazz, fait des stages, rencontré plein de gens. Et de fil en aiguille, on m’a proposé d’intégrer une compagnie de danse ! ». Cette fois, elle n’hésite pas. « J’avais peur de ne pas réussir à tout concilier, mais même si ça fait un peu tarte de dire ça, quand on veut on peut ! Je suis sérieuse dans mon boulot, et à fond dans la danse ». Elle vient de donner son premier spectacle à Lyon, et a déjà 3 nouvelles dates de prévues…

 

Posté par lucie2warens à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Emilie, responsable de communication

Nouveau commentaire